Samedi 9 juillet 2011

Le poids de la fatigue sur mes yeux, le poids des souvenirs sur mon coeur...la bataille n'a pas duré longtemps contrairement à mes vains efforts...impossible de se reposer, impossible de les mettre de côtés...ils réclament d'être archivé maintenant : voila un an que les études sont terminées...

Comme point de repère, la fête de fin d'année, où s'effacent tous les mauvais souvenirs de l'année dans la boisson, les discussions interminables et euphoriques avec tous nos amis (ou presque) réunis en un endroit pour fêter la réussite. Il y a la première année, où on découvre à deux comment se déroule ces études et leur fin d'année. Il y a la seconde fois, celle de trop, celle de la rupture. Et puisque jamais deux sans trois, on y retourne en se disant que ca ne pourra pas être pire que la précédente fois. Le résultat final de la fête est inespéré, entrainant les prolongations : la fête recommencera le lendemain, avec un coeur euphorique et un cerveau ayant compris deux choses : les sentiments sont à sens unique, mais je suis capable de sentiments. Enfin arrive le terme des études, cette fête où l'on regarde tout le monde ainsi que le paysage en se disant : c'est fini, je l'ai ce fichu diplôme! On termine en beauté, une fin heureuse sur les plans professionnels et personnels. Vient l'année sabbatique, cette année qui empêche le bilan, cette année qui absorbe toute l'attention et suscite toutes les craintes. L'année terminée, à plusieurs, on se retrouve à notre ancienne école, même fête, mais les gens ont changé, les gens sont jeunes. L'année de trop sans doute, celle où on remarque que les choses sont bien terminées pour nous ici, qu'il est temps de tourner la page et de recommencer dans une nouvelle école, dans de nouvelles études. On garde nos amis, mais on sait qu'on devra chacun refaire son cercle de "compagnons d'infortune", ces personnes que l'on côtoie de cours en cours, avec qui on est amené à passer du temps à travailler.

De nouvelles nuits blanches, de nouveaux laboratoires, formules et expérimentations. Nouvel environnement, nouvelles pages, nouvelle plume, nouveaux vers... Comme une impression, celle de marcher sur une corde : soit je reste dans la confiance acquise durant cette année "libre" et l'utilise pour survoler le trac...soit je tombe dans la crainte habituelle et normale face à tant de nouveauté et d'inconnues.



Commentaires

Griffonner

Par JuliaHamard le Jeudi 21 juillet 2016
Tu fais de l’incroyable boulot et c’est pourquoi je suis amoureux de ce site web
Par CharlotteTalon le Samedi 6 août 2016
Merci pour votre ecrit
Par Nicolas Babin le Samedi 10 février 2018
Coucou
Je vous complimente par rapport à votre immense travail

J’aime vos histoires
Par Victor Castel le Jeudi 14 juin 2018
Tu fais un travail super et c’est pour cela que j’adore ce site web !
Par Louise Goyat le Vendredi 31 août 2018
Je vous applaudie quant à l’immense travail fait.
Par ChristopherG le Vendredi 1er mars 2019
Incroyable boulot, merci beaucoup pour le job que vous avez fait
Par Elie Lafitte le Jeudi 25 avril 2019
Tu fais de l’incroyable boulot , c’est pourquoi je suis un grand fan de ce blog
Par Lucie Balandras le Jeudi 9 mai 2019
Vous faîtes un boulot super.
Par Mathias Gaudard le Samedi 22 juin 2019
Vous faîtes du travail génial!
Par Dorcas Aubusson le Mardi 27 août 2019
Vous faîtes de l’excellent travail
 

Griffonner









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://pipadou.cowblog.fr/trackback/3121584

 

<< Après | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Avant >>

Créer un podcast